Communiquez par défaut(s)

temps de lecture (à voix haute) : 2 min. 45 sec.

Au premier sens, le mot « défaut » renvoie à l’idée d’absence, de manque, d’insuffisance… de creux, en quelque sorte. Réfléchissez : pensez-vous qu’un manque puisse constituer un obstacle ? Un rocher, oui, un mur, d’accord, mais un vide ? certainement pas ! À part l’absence de carburant, à la limite, mais vous n’en manquez pas.

Demandez-vous maintenant si vos fêlures sont des défauts, ou si au contraire elles ne pourraient pas être considérées comme des CARACTÉRISTIQUES sur lesquelles vous pouvez vous appuyer pour construire votre discours. Du matériau pour créer quelque chose de singulier…

Cette histoire vient de Chine (évidemment) :

Chaque jour, une vieille paysanne allait au ruisseau chercher de l’eau à l’aide de deux grands pots, suspendus chacun à une extrémité d’une longue perche qu’elle transportait appuyée derrière son cou. Un des pots était fêlé alors que l’autre pot était en parfait état et rapportait toujours sa pleine ration d’eau.

À la fin de la longue marche du ruisseau vers la maison, le pot fêlé n’était plus qu’à moitié rempli d’eau. Tout ceci se déroula ainsi pendant de nombreuses années et la vieille dame ne rapportait chez elle qu’un pot et demi d’eau. Le pot intact était très fier de son œuvre mais le pauvre pot fêlé, lui, avait honte de ses propres imperfections et se sentait triste. Il ne pouvait faire que la moitié du travail pour lequel il avait été créé.

Un jour, il s’adressa un jour à la paysanne, alors qu’ils étaient près du ruisseau. « J’ai honte de moi-même, parce que ma fêlure laisse s’échapper l’eau au retour vers la maison » La vieille femme sourit : « As-tu remarqué qu’il y a des fleurs sur ton côté du chemin, et qu’il n’y en a pas de l’autre côté ? J’ai toujours su à propos de ta fêlure, donc j’ai semé des graines de fleurs de ton côté du chemin, et chaque jour, lors du retour à la maison, tu les arrosais. Pendant toutes ces années, j’ai pu ainsi cueillir de superbes fleurs pour décorer la table. Sans toi, étant simplement tel que tu es, il n’aurait pu y avoir cette beauté pour agrémenter la maison.

Stéphane ne parle pas très fort, habituellement. Mais par son tempo, sa gestuelle, sa respiration, il impose une atmosphère qui invite l’auditoire à plus de concentration, plus d’écoute. Comme par hasard.

Odette manque de précision dans le vocabulaire. Mais elle ne perd jamais son auditoire des yeux, de telle sorte qu’elle est sûre qu’on la comprend et qu’on la suit à tout moment. Ça compense largement.

Philippe bouge beaucoup, énormément, même. Mais il répète régulièrement les phrases-clés de son propos : ses gestes ne lui feront jamais quitter son autoroute de pensée ! Tiens tiens… et il peut mettre des images en plus dans son discours.

Et vous, c’est quoi vos vilains défauts ? Allez, aggravez donc un peu votre cas !

Vous voulez être informé des prochains articles ? inscrivez-vous à droite pour recevoir une notification par e-mail. Cet article vous plaît ? Faites-en profiter les autres en le partageant sur vos réseaux. Vous avez un avis sur la question ? Une question sur cet avis ? Laissez un commentaire.

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s